Est-il possible de trouver une formation sans le bac ?

Que faire sans le bac ? Le baccalauréat est considéré comme un diplôme indispensable puisqu’il ouvre les portes de l’université. Toutefois, y échouer n’est pas une fatalité, puisque la réussite sans le bac est possible. Une multitude de choix d’orientations se présente pour permettre aux non-bacheliers de suivre une formation sans diplôme. Ces derniers peuvent également intégrer un BTS ou un DUT, passer un concours de la fonction public, accéder à un métier sans bac.

Voici un aperçu des solutions accessibles aux étudiants qui n’ont pas réussi à cet examen. Dans le meilleur des cas, tenter de le repasser demeure la solution idéale pour faciliter l’insertion professionnelle.

Que faire sans le bac : entrer à la fac

 

Deux options sont offertes aux non-bacheliers pour intégrer l’université et suivre une formation sans diplôme. Le DAEU ou diplôme d’accès aux études universitaires est la première option. D’une durée d’un an, il ouvre les portes des concours de la fonction publique ou permet d’entrer en première année de fac. Il est dédié aux personnes ayant échoué au bac ou qui ont abandonné le cursus scolaire pour travailler. Il s’adresse aux moins de 20 ans avec 2 ans d’expérience professionnelle et aux plus de 24 ans.

Il existe un DAEU A à dominante littéraire et un DAEU B à dominante scientifique. La capacité en droit est la seconde formation accessible sans le bac. Sur une durée de deux ans, elle donne accès à un DUT carrières juridiques, une L1 de droit ou un BTS notariat.

Formation sans diplôme : intégrer une formation en BTS ou DUT

Théoriquement, il est possible de s’inscrire en DUT ou en BTS sans le baccalauréat, avec seulement un niveau de fin de terminale. L’intégration à ce type de formation sans diplôme relève toutefois d’un parcours du combattant du fait de la limitation des places. Il faut savoir que les établissements procèdent souvent à une sélection de dossier. Les non-bacheliers qui souhaitent s’inscrire en BTS doivent ainsi être patients sachant que seulement 2 % d’entre eux sont acceptés dans les IUT. Dans le cas d’une candidature en DUT, un certificat d’études secondaires est requis.

Des écoles privées et spécialisées pour les non-bacheliers

Les non-bacheliers qui souhaitent accéder à un métier sans bac sont invités à intégrer des écoles spécialisées ou privées qui proposent des formations adaptée à leurs besoins. Si

l’Institut national des techniques économiques et comptables (INTEC) forme les futurs comptables, l’Institut de force de vente (IFV) façonne des commerciaux. Suivre une formation sans diplôme dans les écoles de la Croix-Rouge donne accès au métier d’aide-soignante, d’auxiliaire de puéricultrice ou de secrétaire médico-sociale.

Les écoles privées proposent également des formations qui ouvrent les portes des métiers dans les secteurs du bâtiment, de la gestion, la communication, le commerce, l’art, l’hôtellerie restauration ou encore le tourisme. Les non-bacheliers passionnés d’informatique peuvent intégrer la Web@académie d’Epitech et de l’association Zup’ de Co. Les formations y sont gratuites et donnent accès aux métiers du web. A l’issue des formations dans ces écoles spécialisées, les candidats reçoivent un titre inscrit au répertoire national des certifications professionnelles(RNCP).

Passer des concours sans le bac

 

Les non-bacheliers ont accès à près de cent concours de la catégorie C de la fonction publique. Si la moitié est accessible sans condition de diplôme, l’autre moitié nécessite un CAP, un BEP ou le brevet des collèges. Près de 7500 postes sont à pourvoir tous les ans. Sont concernés les métiers d’adjoint administratif (hospitalier, de la police nationale, de préfecture…), de gardien de la paix, d’agent (d’entretien, de surveillance…), d’ouvrier spécialisé, d’adjoint périscolaire, d’accueil, d’animation,  de surveillance ou de magasinage. Les Directions Régionales de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion sociale organisent également des concours donnant accès à des formations dans les domaines paramédicaux et sociaux.

En matière de métier sans bac, le secteur de l’armée, marine, de l’air et de l’armée de terre n’est pas épargné. Les nombreuses formations en interne facilitent la spécialisation et l’évolution des candidats.