Reconversion aide soignante : perspective pour exercer ce métier

La reconversion est la seule solution pour poursuivre sa voie après avoir exercé un métier qui ne correspond pas à ses attentes. La volonté d’aider les autres et d’exercer une profession plus humaniste pousse bon nombre de personne à la reconversion professionnelle aide soignant. Une noble cause qui mérite d’être soutenue et accompagnée en répondant aux questions suivantes.

Comment réussir sa reconversion aide soignante ?

 

Reconversion signifie que la personne travaille déjà avant de trouver sa voie professionnelle. Compte tenu des contextes psycho-sociaux, la reconversion aide soignante conduit vers un métier d’avenir. Pour suivre la formation requise, le salarié peut demander un congé individuel de formation (CIF). L’obtention du CIF ne devrait pas être un problème du moment que l’intéressé a déjà travaillé au moins 2 ans en CDI dont 12  mois dans l’entreprise ou qu’il a déjà travaillé au moins 2 ans durant les 5 dernières années dont 4 mois en CDD durant les 12 derniers mois. Pour se donner plus de chance de réussir, le candidat au concours peut suivre une formation à distance au sein du CNED en vue des épreuves de sélection (écrite et orale). Pour s’inscrire au concours, le candidat doit s’adresser à une agence régionale de santé ou dans l’IFAS de son choix. À noter que les centres IFAS se trouvent dans toutes les régions françaises. 

Comment devenir et réussir sa reconversion professionnelle aide soignante ?

 

Reconversion aide soignantePour mener un projet professionnel aide soignante, il faut suivre une formation en IFAS (Institut de Formation en Aide Soignant) en vue d’obtenir le Diplôme d’Etat d’Aide-soignant (DEAS). Le DEAS étant le seul diplôme reconnu pour exercer ce métier. Pour être admis dans un IFAS, l’impétrant doit réussir le concours d’entrée réservé aux candidats âgés d’au moins 17 ans au 31 décembre de l’année de l’examen. Les sans diplômes doivent effectuer au préalable une épreuve écrite d’admissibilité tandis que le titulaire de baccalauréat ou d’un diplôme de niveau V dans le secteur social et sanitaire (CAP petite enfance, BEPA service aux personnes, etc.) et ceux qui ont effectué une année en école d’infirmier passe directement à l’épreuve orale d’admission. La formation se déroule pendant 10 mois divisés en 17 semaines (595 heures) de cours théoriques et  24 semaines (840 heures) de stage.

Qui d’un(e) aide soignant(e) veut se reconvertir ?

La reconversion après aide soignante est tout à fait possible. C’est même un atout pour mener avec rigueur et soin sa nouvelle profession. Un aide-soignant est habitué à travailler sous pression, avec rigueur, responsabilité, soin et empathie. Des qualités qui ne manqueront pas à séduire les recruteurs. Avoir été une aide-soignante comporte également des valeurs ajoutées au sein d’une entreprise comme la capacité à dispenser des premiers soins par exemple. La première reconversion possible est une évolution vers le métier d’infirmiere. En effet, après 3 ans d’exercice professionnel, l’aide soignant titulaire du DAES peut se présenter au concours d’infirmier. Les autres reconversions dépendent de ce qui inspire l’intéressé et ce en tenant comptes de ses compétences, de ses talents et des formations ou filières qu’il a suivies entre-temps.

En quoi consiste le métier d’aide soignant ?

 

Homme et femme peuvent exercer librement le métier d’aide soignant s’ils remplissent les conditions requises. Ce métier entre dans la catégorie des professions paramédicales. Il consiste à aider les patients victimes d’une perte partielle ou totale de leur autonomie de manière temporaire ou définitive. L’auxiliaire de puériculture et l’aide médico-psychologique font aussi partie des aides soignants. En d’autres termes, les aides-soignants pallient l’incapacité des personnes vulnérables (personnes âgées, nouveau-nés, personnes victimes d’un handicap) dans leurs actes de vie quotidienne tels que respirer, manger, boire, se laver, s’habiller. Ils aident à préserver la dignité et le recouvrement de santé de ces personnes en leur assurant l’hygiène et le confort.

Quelle perspective pour une aide-soignante ?

Tout individu âgé 17 à 25 ans peut postuler à la formation pour devenir aide soignante. Le concours est ouvert à une personne avec ou sans diplôme. Autant dire que ce métier vient au secours des chômeurs et des personnes exerçant des travaux pénibles (manutentionnaires, coursiers, femme de ménage, …). C’est un métier valorisant en ce sens que l’individu apporte ses aides aux autres, il accomplit des tâches pour aider les plus faibles et leur donner la sourire et la dignité. En même temps, l’aide-soignante peut toujours préparer sa reconversion en suivant d’autre formation ou en poursuivant une étude pour obtenir des diplômes élevés.