Répondre à la question : quels sont vos points forts et faibles ?

Ce genre de question se pose souvent lors d’un entretien d’embauche et il incommode la plupart du temps si la réponse n’a pas été préparée à l’avance. Le candidat se sent parfois un peu gêné lorsque le recruteur demande son point faible. Pourtant ce n’est pas une question pour rendre mal à l’aise mais plutôt pour en savoir un peu plus sur le candidat lui-même. Évidemment, c’est aussi un bon moyen pour voir quels sont les risques en travaillant avec ce dernier. Pour mettre toutes ses chances de son côté, lors d’une première entrevue avec le recruteur, il ne faut plus se faire surprendre par ce genre de question. Il y a alors quelques conseils pratiques pour pouvoir bien surmonter cette épreuve.

Pour répondre au mieux à la question  » quels sont vos points forts et points faibles ? « 

 

  • Les points forts

Le recruteur demande souvent  à un candidat de lui faire part de quelques qualités et défauts. Il est alors plus facile de répondre à la question sur les points forts puisqu’il s’agit de parler des qualités citées dans l’offre d’emploi ou encore de celles liées à l’emploi en question. Donc pour un poste en particulier, l’idéal serait de faire part des aptitudes indiquées dans l’offre. Si cela n’a pas été précisé, alors il faudra improviser en se demandant quelles seraient les qualités à avoir pour pouvoir réaliser efficacement les fonctions énumérées. Il serait préférable par la suite de soutenir les réponses par quelques exemples en argumentant avec des cas vécus.

Le fait d’appuyer par du concret est nécessaire car en effet tout le monde peut affirmer avoir telle ou telle qualité, alors pour convaincre le recruteur, il serait mieux de soutenir ses propos à l’aide de quelques exemples.

  • Les points faibles

quels sont vos points forts et faibles Ce n’est pas essentiel de se montrer parfait en prétendant ne pas avoir de points faibles car c’est bien irréaliste. D’ailleurs tout le monde a ses petits défauts, chacun a déjà fait face à des échecs dans sa vie. Il n’est pas nécessaire non plus de faire passer ses qualités comme défauts car les recruteurs se lassent d’entendre ce genre de discours. Le mieux serait alors de décrire ses faiblesses en les appuyant sur les règles fixées et les efforts à faire à l’avenir afin de les corriger efficacement. Grâce à cette petite astuce, le recruteur sera plus intéressé par les mesures qu’envisage le candidat de prendre plutôt que sur les défauts en question.

À noter qu’il ne s’agit quand même pas là d’exposer tous ses plus vilains défauts et ses craintes les plus enfouies car cela pourrait diminuer les chances de pouvoir contracter le poste désiré. Il faut donc faire bien attention à ne pas parler des défauts qui sont en rapport avec les tâches énumérées dans l’offre. L’entretien est une première occasion de faire bonne impression alors il ne faut pas se dévaloriser pour autant. Il serait mauvais pour une bibliothécaire d’affirmer qu’elle a du mal avec le rangement, il est catastrophique pour un poste nécessitant du travail d’équipe de dire que le candidat est individualiste, etc.