Reconversion professionnelle à 50 ans : est-ce risqué ?

Pour beaucoup, la cinquantaine est l’âge pour préparer une retraite douillette, il y a même ceux qui prennent une retraite anticipée. Il y a pourtant des personnes qui entament une nouvelle carrière à 50 ans. Alors, la reconversion professionnelle des seniors, est-ce faisable ?

Quels sont les freins inhérents à la reconversion professionnelle à 50 ans ?

 

Que ce soit pour un adulte ou pour un jeune, le changement est toujours difficile à accepter. Il est souvent plus facile de subir un changement que de le créer. Et nombreux sont ceux qui ne veulent pas tenter les risques de la reconversion personnelle. Le premier frein est la peur de ne pas être à la hauteur. Pour le surmonter, il faut faire un bilan de compétence et de regagner sa confiance en soi. Si la reconversion professionnelle consiste à rester salarié pour occuper un autre poste avec des tâches totalement différentes, le second frein est le recrutement. En effet, les entreprises rechignent à recruter des personnes âgées qui ont de l’expérience certes, mais coûtent plus chers en matière de rémunération.

Pour contourner ce problème, essayer une reconversion en interne est une bien meilleure idée. L’avis des proches qui ne manqueront pas de dire « qu’est-ce qui se passe dans ta tête, pourquoi quitter un emploi stable ? » … peut freiner l’élan. La meilleure façon d’avancer est de savoir ce que l’on veut et de se doter de la motivation nécessaire. Il est plus facile pour un homme convaincu de convaincre son entourage.

L’âge mûr est un atout pour réussir professionnellement

 

changer de métier à 50 ansÀ 50 ans, la plupart des personnes abordent leur carrière comme un accomplissement personnel mais non plus une simple source de revenu. Ils sont plus prompts à réussir et à prendre au sérieux ce qu’ils font.  L’atout de l’âge mûr réside dans l’expérience et la disponibilité. C’est l’âge où les contraintes de la vie familiale diminuent. À 50 ans, une personne bénéficie plus de 20 ans d’expériences. À cet âge, l’expérience de vie compte autant que l’expérience professionnelle. Un senior a vécu des événements qui ont façonné sa personnalité : des échecs pour apprendre, des succès pour prendre exemple, des problèmes résolus, des défis relevés, des contraintes surmontées.

Même si changer de métier à 50 ans demande une compétence dans un autre domaine, les années passées dans le monde professionnel forgent la connaissance sur le fonctionnement d’une entreprise.

 

Quelles sont les perspectives pour changer de métier à 50 ans

 

La création d’entreprise séduit énormément les seniors. En effet, l’épargne effectuée pendant les dernières années peut contribuer à la constitution des capitaux. De plus, le quart de siècle d’expériences dans un domaine (vente, société de maintenance, etc.) peut aider à monter une entreprise de même type. Il y a ensuite les métiers qui demandent de maturité et d’intégrité comme les professions de droit (avocat, notaire,…), les travaux sociaux et humanitaires, la psychologie, le coaching, le consulting, le journalisme ; etc.

Les perspectives pour démarrer un projet de vie et changer de métier à 50 ans ne manquent pas à cet âge, les grandes entreprises préfèrent recruter les personnes titulaires de diplômes requis de cette tranche d’âge pour devenir des directeurs chez eux. Il est aussi à noter que les métiers de production et de l’artisanat (poterie, boulangerie, …) sont bien adaptés pour les seniors.

Comment réussir la reconversion professionnelle des adultes ?

 

Trouver sa voie à 50 ans et la suivre est moins risqué que d’opérer un changement de carrière à 30 – 40 ans. Parce que le problème financier n’est plus au centre de la préoccupation si la personne a bien travaillé durant les 10 à 5 dernières années, mais encore faut-il réussir ce revirement de carrière. La réussite passe par la préparation. L’absence et la dévalorisation de la compétence devront être comblées par des formations. Les adultes disposent de nombreuses possibilités pour suivre des formations de leur choix et ceux en continuant d’exercer leur activité actuelle. L’exercice du droit au congé individuel de formation ou CIF est une aubaine pour approfondir la connaissance et acquérir des nouvelles compétences.

Il y a à cet effet les centres de formation pour adultes et les enseignements à distance. Il faut également se préparer à quitter son emploi : faisabilité du nouveau projet, disposition des ressources nécessaires, motivation réelle pour la nouvelle carrière.