Quand se lancer dans une reconversion professionnelle ?

Quitter son emploi sur une prise de tête, à cause d’un coup de mou ou par envie de voir ailleurs ou rester malgré les pressions, les insatisfactions ou les offres intéressantes ? Se lancer dans une reconversion professionnelle ne se fait à la légère ! Toute décision mérite une profonde réflexion. Cependant, il faut aussi prendre la bonne décision au meilleur moment et avec les meilleures conditions. La question se pose : quels sont les indices qui indiquent qu’il faut se reconvertir ?

L’hésitation face à une reconversion professionnelle

 

Bernard, un titulaire d’une Licence professionnelle en commerce devenu un plombier-chauffagiste connu, recommande souvent à ses amis que mieux vaut être fatigué par son travail que d’être fatigué à chercher du travail. Lui, il n’a pas vraiment fait une reconversion professionnelle. Il n’a jamais travaillé dans le commerce. Il est devenu plombier en assistant son ami à force de ne rien faire ; ce dernier lui a enseigné le métier et il a suivi après une formation pour adulte. Il a trouvé sa voie après un long calvaire à galérer chez Pôle Emploi et à envoyer des CV à tout va et il ne veut plus quitter son job. Garder son job est devenu un impératif face à la recrudescence du chômage.

Le motif économique (perception de salaire) et social (statut) prend le pas sur le bonheur personnel. Mais comme Bernard, il faut abandonner la perspective d’être un Manager dans une grosse boîte pour devenir son propre patron et exercer un métier plein de contact humain et qui donne un sens à sa vie en résolvant les problèmes des autres.

Les indices pour entreprendre une reconversion professionnelle

 

reconversion-professionnelleQu’il s’agisse d’une réelle volonté de changement ou d’une obligation inévitable, une réorientation professionnelle est toujours le résultat des changements survenus à différents stades de son parcours professionnel. Quand l’un des situations suivantes se réalise, il est temps de se reconvertir :

  • Le bonheur n’est pas au rendez-vous

Le mal-être peut vraiment venir de son travail. Tous les métiers, du moment qu’ils sont effectués avec honnêteté et intégrité sont bons. Il n’y a pas de mauvais métiers, mais il existe bel et bien une fonction qui ne s’adapte pas à l’individu. Une personne trop empathique n’est pas heureuse d’exercer la fonction d’agent de crédit qui consiste à presser et à sommer les débiteurs à payer leur dette.

  • Avoir le sentiment d’être inutile

Un bon salaire ne constitue pas la seule motivation dans une vie. Vendre et voir les produits s’écouler comme des petits pains, enseigner et voir ses élèves s’épanouir, diriger et voir son entreprise se développer ; l’accomplissement personnel est un élément essentiel de la réussite professionnelle. Chaque personne a le droit de trouver un emploi où il peut exercer ses talents.

  • La possibilité d’évoluer s’amenuise

Avoir un DTS en commerce et rester agent commercial toute sa vie, au mieux devenir un chef de rayon. Sans d’autres compétences et à l’absence d’une perspective d’évolution, l’emploi est menacé. Licenciement, restructuration économique, fermeture d’établissement sont les éventuelles menaces. De plus, quand l’âge est un peu avancé, il est difficile de trouver un autre job surtout dans un secteur qui recrute des jeunes. Dans ce cas, mieux vaut préparer une reconversion en suivant d’autres formations.

  • La situation au sein de l’entreprise est invivable

Une relation tendue avec le supérieur, altercation répétée avec les collègues, il ne faut pas attendre que les autres changent, il faut songer à son propre changement. Il y a également les nombreuses pressions subies au boulot. Ces pressions engendrent le manque de confiance en soi, le stress et la maladie et conduisent au burn out. La reconversion devient ici une urgence et peut concerner un changement d’entreprise au lieu de changement de voie.